Visualiser les différents modes de scrutin en Grande Bretagne

Suite de notre suivi des élections britanniques, toujours en compagnie de FX, ami, collègue et blogueur sur Datanamics.

Petit résumé : le Conservative Party est arrivé en tête du scrutin du 6 mai dernier, mais ces législatives n’ont pas dégagé de majorité absolue au Parlement. Les Conservateurs ont donc dû former une coalition avec les Liberal Democrats emmenés par Nick Clegg. Le ralliement des Lib Dem s’est monnayé contre une révision du mode de scrutin. Acteur de troisième rang dans un monde politique britannique dominé par le bipartisme, les Lib-Dem sont, en effet, attachés à l’introduction d’une dose de proportionnalité dans le système électoral anglais.

Le mode de scrutin en vigueur est le scrutin majoritaire à un tour : le candidat qui remporte le plus de voix dans sa circonscription est élu. C’est le système FPTP (pour first past the post). Ce système sur-représente le parti majoritaire, au détriment des petites formations.
(Voir cet article de Lalibre.be, pour plus d’information sur le système électoral anglais)

Il existe d’autres systèmes, déjà expérimentés dans l’univers anglosaxon. La Electoral Reform Society recommande trois autres modes de scrutin, introduisant une représentation plus proportionnelle :

Venons-en concrètement à ce qui nous intéresse ici : quels seraient les effets d’un changement de scrutin sur la représentation politique ? Si l’élection du 6 mai dernier s’était jouée avec un système plus proportionnel, qu’est-ce que cela aurait changé ?
Nous vous avons préparé deux petites visualisations à partir des données publiées par le Datablog du Guardian (qui s’appuie sur la Electoral Reform Society), en nous intéressant aux 12 grandes régions britanniques.
La première est interactive (si vous l’ouvrez sur Tableau Public en cliquant dessus), et vous permet de visualiser, région par région (ou en additionnant les scores de plusieurs régions) combien de sièges au Parlement chaque parti aurait obtenu avec tel ou tel mode de scrutin.
La seconde est une infographie, montrant pour chaque région et pour chaque parti quel est le mode de scrutin le plus avantageux.
Qu’en retenir ?
  • Quelque soit le mode de scrutin envisagé, le parti en première place reste le même, dans toutes les régions, selon nos projections à partir des résultats de 2010. Les modes de scrutin AV, AV+ ou STV changent parfois la donne pour la deuxième et troisième place.
  • Pour cette élection de mai 2010, le système actuel FPTV avantageait les conservateurs dans plus de la moitié des régions. Dans les régions où le FPTV n’était pas le plus avantageux, c’est le STV qui donnait au Conservative Party le plus de sièges.
  • A l’inverse, l’actuel système électoral joue en la défaveur des Lib-Dem dans toutes les régions, alors que le STV leur garantissait le plus de sièges, dans toutes les régions également.
  • Quant aux Labour, le système leur permettant de gagner le plus de sièges varie selon les régions : parfois le mode AV, parfois le mode actuel FPTV, parfois le STV.

Pour le moment, nous ne savons pas dans quelle direction s’orientera la réforme électorale voulue par Nick Clegg. Nul doute qu’il procèdera lui aussi à ce genre de calcul et de visualisation pour arrêter sa position.

Vous trouverez une analyse plus en profondeur de la situation britannique sur le blog de FX.

Publicités

4 Responses to “Visualiser les différents modes de scrutin en Grande Bretagne”


  1. 1 Jérémie 13 mai 2010 à 4:29

    Salut,

    les électeurs auraient-ils voté de la même manière si le mode de scrutin avait été différent?
    On a eu la même problématique récemment en France. On a voulu voir ce que ca donnait des régionales en mode « présidentielles » – 2 tours, les deux meilleurs passent, comme ça a été proposé par l’UMP assez récemment. Si les résultats étaient intéressants, on a eu un problème important : notamment que les Verts n’auraient pas eu l’assise dont ils ont bénéficié, que le FN n’aurait pas drainé la frange droite de l’électorat UMP, etc.
    Donc, tout du moins, laisser un avertissement me semblait nécessaire. Ce qu’a fait le Guardian, je crois…

    Bon post, sinon, as usual.

    • 2 carolinegoulard 14 mai 2010 à 8:48

      Bonjour,
      Effectivement, cet avertissement s’imposait, merci d’avoir corrigé cet oubli.
      Les données exploitées sont en effet basées sur les résultats du vote du 6 mai dernier. Elles peuvent donc pas représenter les intentions de vote des électeurs si jamais un paramètre avait été changé : le mode de scrutin par exemple, ou les candidats.

  2. 3 François Pianel 24 mai 2010 à 9:49

    Est-ce que la bonne solution pour nos amis anglais ne serait pas le scrutin majoritaire à deux tours, comme en France ? Sauf majorité absolue au premier tour, les électeurs doivent alors choisir entre les deux candidats arrivés en tête.

    Prenons ainsi le cas des circonscriptions dominées par le Parti travailliste. Avec un scrutin majoritaire à un seul tour, le résultat serait par exemple le suivant dans une circonscription pour chacun des trois candidats : Travailliste 40 %, Conservateur 30 %, Libéral 30 %. Le candidat travailliste est alors élu sans même obtenir la majorité absolue.

    Avec un scrutin majoritaire à deux tours, il faut par contre un deuxième tour ici. Le candidat travailliste a bien sûr le plus de chances d’être finalement élu dans cet exemple, mais ce n’est pas joué à l’avance. Imaginons par exemple que son adversaire soit libéral. Il peut espérer gagner en bénéficiant de bons reports des électeurs conservateurs. On aurait par exemple au final : Libéral 55 %, Travailliste 45 %.

    J’ai fait des simulations théoriques pour le Parti libéral. Avec le scrutin majoritaire à deux tours, il obtiendrait évidemment moins de sièges qu’avec la proportionnelle intégrale. Mais son score serait très supérieur à celui réalisé avec un seul tour, comme c’est actuellement le cas en Grande-Bretagne.

    Pour résumer, le scrutin majoritaire à deux tours permet souvent de dégager des majorités claires au Parlement. Mais ses effets sont quand même moins brutaux qu’avec un seul tour, permettant au Parti libéral d’y trouver son compte. Il pourrait passer des accords de désistement au deuxième tour, pour gouverner ensuite avec le Parti conservateur ou travailliste selon le cas. Bref, le Parti libéral n’aurait plus besoin d’avoir des fiefs électoraux comme les Partis conservateur et travailliste.

    Bref, je ne vois que des avantages au scrutin majoritaire à deux tours : candidat toujours élu avec la majorité absolue des voix et donc plus légitime, majorités souvent claires mais pas écrasantes au Parlement, donc meilleure représentation des partis minoritaires. Seul inconvénient : les électeurs devraient évidemment se déplacer deux fois !

    On pourrait alors choisir un scrutin de type alternatif pour se limiter à un seul tour. Sur les listes de préférence, on retiendrait ainsi les deux candidats choisis le plus souvent en première position. Ils seraient alors départagés fictivement selon leurs positions respectives quand ils ne sont pas en tête. Le candidat A serait ainsi plus souvent devant son concurrent B ou l’inverse. Ce serait l’équivalent d’un scrutin majoritaire à deux tours.

    Mais il existe une autre possibilité pour se limiter à un seul tour, tout en simulant le scrutin majoritaire à deux tours. Chaque électeur choisirait alors son candidat préféré au premier tour, ainsi que celui des deux arrivés en tête selon diverses éventualités.

    Les électeurs peuvent toutefois se sentir déboussolés par ces scrutins alternatifs, même s’ils équivalent au scrutin majoritaire à deux tours. Ils auront l’impression que leurs choix prioritaires ne sont pas pris en compte, puisque le candidat arrivé immédiatement en tête n’est pas forcément élu. Au cours d’un référendum sur la question en Grande-Bretagne, j’ai donc l’impression que le scrutin majoritaire à deux tours aurait plus de chances qu’un scrutin de type alternatif. Cela même s’il oblige les électeurs à se déplacer deux fois.

    Avant tout référendum, il faudrait bien sûr que le Parti libéral fasse des sondages d’opinion. Il ne s’agit pas forcément de proposer le mode de scrutin qui lui serait le plus favorable, plutôt celui qui aurait le plus de chances d’être adopté à l’issue du référendum.


  1. 1 Tweets that mention Visualiser les différents modes de scrutin en Grande Bretagne « Database journalism -- Topsy.com Rétrolien sur 13 mai 2010 à 12:03

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Articles les plus consultés

Inscrivez votre adresse e-mail pour vous abonner à ce blog et être averti de mes nouveaux posts par e-mail

Rejoignez 25 autres abonnés

Sélection de liens

Contact :

goulard.caroline@gmail.com

Blog Stats

  • 34,211 hits

Visuel d'en-tête : Photos Libres

%d blogueurs aiment cette page :